Lu et apprécié par Charlène

Des jours sans fin

Sebastian Barry, trad. Laetitia Devaux


Après son magnifique roman d’amour L’homme provisoire, Sebastian Barry revient avec un nouveau roman non moins splendide, peut-être même son plus beau jusqu’à présent.

L’histoire commence avec la rencontre et l’amitié immédiate qui se noue entre deux adolescents, Thomas McNulty et John Cole. Immigré irlandais, Thomas a fui la Grande Famine et a déjà eu son comptant d’épreuves. Comme lui, John a perdu tous ses proches et ce sont deux âmes si jeunes et déjà seules au monde qui se lient pour ne plus jamais se quitter. A la recherche d’un travail qui leur permettra de manger à leur faim, ils se dégotent un rôle pour le moins original, se travestissant pour offrir des spectacles qui apportent du baume au cœur aux mineurs après leurs journées de dur labeur. Ils s’enrôleront ensuite dans l’armée, pour combattre côte à côte les Indiens dans les Grandes Plaines, puis du côté de l’Union lorsque la guerre de Sécession éclate. Ils croisent alors la route de Winona, une jeune Indienne dont ils feront leur fille adoptive.

Encore une fois, l’amour est au centre du roman de Sebastian Barry, et son écriture lumineuse révèle le meilleur de l’homme lorsqu’il se retrouve confronté au pire : à la faim, à la misère, aux souffrances des corps, à la mort. Un roman d’une beauté et d’une authenticité éblouissantes, qui ne manquera pas de toucher profondément ses lecteurs !