Lu et apprécié par Charlène

Et quelquefois j’ai comme une grande idée

Ken Kesey, ed. Monsieur Toussaint Louverture


Avis aux courageux qui n’ont pas peur de se lancer dans un pavé de 800 pages : nous tenons ici un chef-d’oeuvre ! Si le nom de Ken Kesey ne vous dit rien, sachez qu’il s’agit de l’auteur du mythique Vol au-dessus d’un nid de coucou, mais que c’est bien Et quelquefois j’ai comme une grande idée qu’il considérait lui-même comme son meilleur livre. Il y raconte l’histoire de la famille Stamper, qui vit du commerce du bois depuis son installation à Wakonda, dans l’Oregon. Lorsque les bûcherons de Wakonda décident de se mettre en grève pour négocier de meilleures conditions de travail, la famille signe un contrat avec la Wakonda Pacific pour lui fournir le bois dont elle a besoin, rendant la grève des bûcherons inefficaces. Un bras de fer s’engage alors entre ces derniers et les Stamper, mais pas facile de faire plier un vieux patriarche borné et son imperturbable fils, exemple type de la force tranquille. Et ce malgré l’arrivée d’un petit trublion en la personne du plus jeune fils, étudiant dans une université de la côte est, qui a ses propres motivations en acceptant de revenir aider la famille… C’est en s’immisçant complètement dans les pensées de ses personnages que Kesey nous conte cette fresque familiale, et le résultat est pour le moins surprenant ! Une lecture exigeante, mais qu’on aimerait ne jamais terminer.