Lu et apprécié par Adrien

La Cité des marges

William Boyle, aux éditions Gallmeister


Dans le New York en pleine renaissance du début des années 90, nous suivons au sein d’un quartier pauvre de Brooklyn une galerie de personnages partageant les mêmes parcours de vie et les mêmes ambitions : se reconstruire après des drames familiaux, sortir de leur quartier et de leur condition miséreuse. Leurs parcours s’entrecroisent dans une interdépendance totale sans que les personnages ne s’en rendent vraiment compte. C’est un roman choral brillant, aux personnages très réussis, illustrant avec beaucoup de talent la ville de New York et s’inscrivant dans la longue tradition du roman noir américain.