Le 03/05/2022 à 19h00

La fabrique du sexisme

Attention ! Cette rencontre est annulée pour des raisons indépendantes de notre volonté ! Mais le livre reste disponible à l’achat et reste passionnant !

 

Valérie Rey-Robert l’avoue sans honte : elle est une spectatrice attentive de téléréalité. Mais pourquoi est-on autant hypnotisés par ces programmes ? Que disent-ils de notre vision des hommes et des femmes ?

Loin de porter un jugement positif ou négatif sur les téléspectateurs de ces émissions, Valérie Rey-Robert apporte plutôt une explication rationnelle, poussée et limpide sur les problématiques de la téléréalité : stigmatisation des normes féminines et masculines, responsabilité des productions et du montage pour accentuer une soi-disante bêtise des classes populaires, promotion sans vergogne de l’hétérosexualité et de la maternité comme but ultime pour les femmes, harcèlement et mise en avant de la violence des hommes, etc…

Valérie Rey-Robert sera à la librairie le mardi 3 mai à 19 heures pour parler de cet essai pertinent, accessible et intelligent !

“Il est extrêmement dangereux de laisser entendre à la télévision, à un jeune public, qu’on peut accepter des violences parce qu’on est amoureu.x.se, alors que la recherche a prouvé qu’il ne s’agissait pas d’un choix, que bien des phénomènes entraient en jeu : la peur de partir ou que les violences augmentent, les difficultés économiques, l’emprise psychologique… Il est tout aussi dangeureux de faire croire qu’on peut aider une femme qui a subi des violences par le biais de coachings télévisés reposant sur un pseudo-développement personne sans aucun fondement scientifique. […] Ces émissions sont regardées par des mineur.e.s à qui il est important de faire intégrer le respect absolu du non-consentement. Or, la plupart des émissions mettent régulièrement en scène le fait que, si un garçon insiste, les filles finissent par dire oui, parce que, au fond, c’est ce qu’elles souhaitaient dès le départ. Il ne s’agit évidemment pas de dire qu’après avoir vu deux épisodes des Marseillais, les ados vont se mettre à violer les filles. Mais ces émissions participent à la banalisation des comportements de prédation.”

Le programme des rencontres de la librairie est organisé avec le concours de la Région Rhône-Alpes.