Lu et apprécié par Ophelie

La femme révélée

Gaëlle Nohant, éditions Grasset


Nous sommes en 1950 et Eliza Donneley, fraîchement débarquée à Paris, se cache dans un hôtel miteux avec pour seul bagage son Rolleiflex sous le faux nom de Violet. Pourtant, elle est originaire de Chicago et avait là bas un mari riche, une grande maison et un fils qu’elle aimait plus que tout. Qu’est ce qui l’a poussée à s’enfuir si loin de sa ville ?

Au gré de ses rencontres parisiennes, elle se crée une fausse vie pleine d’espoir et de liberté ; elle prend de nombreuses scènes de vie en photos du Paris d’après-guerre, dans les concerts de jazz, des personnes oubliées et effacées.

Puis, un jour, vingt ans après son arrivée, elle peut retourner à Chicago. Enfin. Sauf qu’en quelques années à peine, tout a changé : les manifestations contre la guerre du Vietnam font rage, Martin Luther King vient de mourir et Chicago se retrouve au cœur de la lutte d’un pays au bord du précipice. Eliza est ici pour retrouver son fils, mais elle va se trouver enrôlée dans les événements de son temps. Liée à son destin, elle est bien décidée à ne pas fuir…

Avec un écriture profondément touchante, Gaëlle Nohant nous invite à lire une ode à la liberté et au pouvoir des convictions personnelles. L’auteure nous livre ici un roman sensible, lumineux, sur une femme que nous ne sommes pas prête d’oublier.