Lu et apprécié par Romain

La maison dans laquelle

Mariam Petrosyan, éditions Monsieur Toussaint Louverture


Attention, voilà la claque littéraire du moment !

Véritable phénomène éditorial en Russie, ce roman au goût de vodka et de légumes en saumure radioactifs ne vous laissera pas indifférent. 800 pages durant lesquelles l’étrangeté de cet univers et de ses personnages, liée à la qualité de l’écriture feront de vous le plus heureux des lecteurs, si toutefois les univers sombrent et angoissants ne vous rebutent pas. Car c’est quasiment en pensionnaire de La Maison que vous êtes accueillis , parmi les éclopés, les handicapés et autres enfants difformes. Cet ultime refuge dont on ne sort qu’à ses dix-huit ans vous tiendra chaud, vous fera rire, pleurer, souffrir aussi, car le monde des enfants n’est pas moins dur que celui des adultes. Peut-être ferez vous partie des rares élus ouverts aux pouvoirs quasi-magiques du bâtiment en question. Alors véritable magie ou imaginations débordantes…

Entre « Sa majesté des mouches » et « Vol au dessus d’un nid de coucou », quelques nuits blanches en perspective.