Lu et apprécié par Roxane

La pluie ébahie

Mia Couto, ed. Chandeigne


Au village Senaller, Mozambique, quelque chose de terrible est en train  de se passer. La pluie refuse de tomber, pire, elle reste en suspend dans l’air, créant une brume humide. Les villageois, notamment la famille du narrateur, y voient le signe d’une malédiction, causant une sécheresse certaine et une perte des récoltes à venir. Pourtant il se pourrait bien que la cause de cette pluie figée qu’ils appellent « pluviotis » soit plus simple à expliquer : depuis peu une usine nouvellement installée non loin du village recrache de noires volutes de fumée. Chacun y va de son opinion mais personne ne sait comment réagir, excepté la mère du narrateur qui prendra la décision de se rendre à l’usine pour rencontrer son directeur, dans le plus grand secret. Mais ses rencontres avec le-dit directeur ont beau se multiplier, rien ne change en ce qui concerne l’absence de pluie. La tension au sein de la famille s’installe et le jeune narrateur, complice de sa mère, va essayer de retrouver un peu de réconfort au près de son grand-père qui lui confira quelques secrets, dont celui de la légende des Ntowenis.

Avec ce roman aux allures de conte, Mia Couto nous livre une juste et belle image de ce Mozambique en devenir, où modernité et traditions tentent de cohabiter. Une atmosphère pluvieuse et mélancolique plane au-dessus de cette famille qui ne sait plus vers qui ou quoi se tourner, perdue dans une société qui se transforme.