Lu et apprécié par Ophelie

Le ciel à bout portant

Jorge Franco (trad. René Solis), éditions Métailié


Londres, 2005. Larry est jeune homme colombien parti vivre en Angleterre, quand son pays natal le rappelle : on a retrouvé les restes son père Libardo, disparu depuis huit ans.Il est temps de les inhumer et de faire son deuil. Son arrivée en Colombie se fait sous les feux de l’Alborada, grande fête populaire colombienne nocturne, où Larry va devoir renouer avec des anciens amis qui sont sans aucun doute un rappel tyrannique du passé…

2 décembre 1993. Pablo Escobar est tué par la police colombienne. Dès lors, une grande chasse aux narcos est lancée. Libardo, un de ses bras droits, commence alors à préparer sa famille au pire, dont ses deux fils, Larry et son frère. Jusqu’au jour où il disparaît, laissant la mère des deux enfants dans un profond désarroi, tout se bouscule : l’Etat en effet ne compte pas arrêter la chasse aux anciens narcos si vite et tout le monde se retrouve en danger.

Avec ces deux axes narratifs brillamment entremêlés, Jorge Franco nous emmène sur les traces d’un passé colombien encore endolori. Larry revêt le costume douloureux des enfants de narcos, qui tentent de se reconstruire mais dont le passé pèse encore lourd sur leur avenir. Avec une plume à la fois acerbe et profondément humaine, nous voilà plongés dans une aventure pleine de folie et de tendresse, parfois.