Lu et apprécié par Ophelie

Le Quaker

Liam McIlvanney (trad. David Fauquemberg), éditions Métailié


1969, Glasgow, Écosse. Trois jeunes femmes profitaient simplement du dancing de la ville, elles rencontreront toutes les trois un hommes qui les tuera avec leurs propres bas dans des terrains vagues.

Parce que Glasgow, dans les années 1960, c’est avant tout une ville avec des quartiers démolis presque entièrement, une population, l’ouverture possible au crime.

Mais cette fois, rien ne va plus. Le serial-killer, surnommé « Le Quaker », fait enrager les policiers locaux de la criminelle. D’autant plus que ces derniers sont chapeautés par l’inspecteur principal Duncan McCormack, qui a pour rôle de les auditer : une activité pas très agréable pour des policiers en pleine recherche de tueur…

Parallèlement, un cambrioleur londonien à la petite semaine pénètre le coffre d’une grande vente aux enchères. L’inspecteur principal se retrouve sur les deux affaires simultanément, et bien entendu, les affaires vont finir par inexorablement se croiser…

Liam McIlvanney dévoile dans ce premier polar traduit en français une très belle plume. Le récit nous happe dans une Écosse en pleine mutation, pétrie de contradictions, de drames et de violences.  Et nous voyageons dans le temps et dans l’espace.

Un véritable polar qu’on ne peut pas lâcher dès la première page.