Lu et apprécié par Charlène

L’homme posthume

Jake Hinkson, trad. par Sophie Aslanides, ed. Gallmeister


Lorsqu’Elliot Stilling se réveille à l’hôpital, il se dit que sa journée commence mal… Surtout quand il se souvient de la dernière chose qu’il ait faite, à savoir tenter de se suicider après être entré par effraction dans la salle de bain de son ex-femme. Tout n’étant pas perdu, la première chose qu’il aperçoit en se réveillant, ce sont deux beaux yeux bleus, ceux de l’infirmière Felicia Vogan, qui lui apprendra qu’il est mort pendant trois minutes avant d’être réanimé.

A sa sortie de l’hôpital, il retrouve la même Felicia dans l’intention d’aller boire un verre avec elle. Mais la bluette s’arrête là. Car la belle traîne dans de sales combines, et les potentiels tourtereaux vont être interceptés en route par DB le flic et son frère jumeau Tom le muet, les deux acolytes de Felicia qui ont en commun d’être aussi stupides l’un que l’autre. Elliot sent venir le coup foireux, mais se la joue carpe diem et décide de rester aux côtés de Felicia, même après avoir fait la connaissance de Stan the Man, le chef de la bande, aussi taré et machiavélique que les jumeaux sont débiles.

Ne vous fiez pas au caractère humoristique de cette intrigue car, comme dans tout bon roman noir, le personnage principal cache un terrible secret qui va faire basculer l’histoire du côté de la tragédie plus rapidement qu’on ne le croit. Après L’enfer de Church Street, Jake Hinkson confirme ici son talent pour le roman noir sur fond d’Amérique profonde. Cerise sur le gâteau, il nous fera le plaisir d’être à la librairie le 16 septembre prochain, mais nous en reparlerons…