Lu et apprécié par Salomé

Sale Gosse

Mathieu Palain aux éditions L'Iconoclaste


Wilfried a toujours vécu en famille d’accueil. Depuis qu’il a huit mois, il vit chez le même couple qu’il appelle Papa et Maman. Seulement, il ne savait pas qu’ils étaient payés pour s’occuper de lui. Lorsqu’il le découvre, il ne le  supporte pas, il se retrouve seul et a l’impression de n’avoir jamais été aimé. Sa vie bascule alors, il devient impulsif et violent, il se retrouve viré de son école de foot, il doit redoubler sa troisième. Pour essayer de réparer sa douleur, les parents de la famille d’accueil, qui l’ont toujours aimé, lui proposent de l’adopter. Sa mère biologique réapparaît après 15 ans d’absence et s’y oppose. Le juge décide qu’il est temps, au vu de la situation, que Wilfried retourne vivre avec sa « vraie » mère. Sauf qu’il ne la connaît pas, alors il fugue et se retrouve seul avec ses angoisses. La rue va le pousser à la délinquance ce qui l’entraînera en foyer. La roue commence alors à tourner pour lui. Il rencontre Nina, son éducatrice, elle s’accroche à lui et refuse de le laisser tomber. Son parcours de vie n’est pas simple non plus mais c’est peut être grâce à ça qu’il lui accorde sa confiance.

L’auteur explore à travers son roman des personnages et des vies écorchées. Il met au premier plan ces jeunes démunis, leurs éducateurs et le travail qu’ils font ensemble. Ce sont des sales gosses, qui ne sont pas nés au bon endroit, qui n’ont pas bonne réputation, pourtant, certains ont décidé de ne pas les abandonner.

Mathieu Palain est journaliste et son écriture très factuelle se mêle extrêmement bien avec l’intensité de ses personnages. Il nous livre un roman puissant et sincère mais surtout très ancré dans la réalité.