Lu et apprécié par Salomé

Fille A

Abigail Dean (Traduit de l'anglais par Jean Esch) aux éditions JC Lattès


Voici un titre à la construction captivante qui brosse le portrait d’une famille au passé cauchemardesque. La Fille A, c’est Lex, celle qui s’est échappée de la « Maison des horreurs » il y a des années. C’est elle que la mère vient de désigner comme exécutrice testamentaire. Il ne reste de cette famille que la fameuse maison. Le souhait de Lex est de transformer ce lieu en centre communautaire pour effacer le mal par le bien. Cependant, elle a besoin de l’accord de chacun de ses frères et sœurs. Elle doit donc accepter de faire un pas vers eux, de se réconcilier et d’aborder des sujets douloureux. C’est l’occasion de découvrir les adultes qu’ils sont devenus avec cette enfance. L’intérêt du roman est d’ailleurs de constater l’évolution de chacun, leurs séquelles et leurs forces, plutôt que de s’appesantir sur les maltraitances qu’ils ont subies. Un sujet lourd habilement traité, un roman addictif et puissant où la rédemption et l’amour prennent le pas sur l’horreur.