Lu et apprécié par Roxane

Notre château

Emmanuel Régniez, ed. Le Tripode


« Je soigne ma mélancolie en me racontant des histoires qui pourraient me faire peur. »

Il y a, parfois, de simples phrases qui nous laissent présager qu’un roman a tout pour nous plaire. C’est exactement ce que j’ai ressenti avec Notre Château, premier roman d’Emmanuel Régniez. Quelque part entre le conte gothique et le roman onirique, il est avant tout une invitation des plus singulière dans l’antre d’Octave et Vera.  Frère et sœur à la relation fusionnelle depuis la disparition de leurs parents, ces derniers vivent reclus dans ce qu’ils nomment « notre château ». Partageant la même passion pour la littérature et la musique qui rythment leur quotidien, rien ne vient troubler le calme presque morbide de la maisonnée. À l’exception, peut-être, d’un jeudi par semaine lors duquel Octave se livre à une excursion où il réapprovisionne leur immense bibliothèque. D’ailleurs c’est un jeudi que tout va basculer pour ce dernier, lorsqu’il aperçoit sa sœur, dans un bus, se rendant à l’extérieur de la ville. Elle qui ne sort pas, ne prend pas le bus, ne se rend nul part ailleurs que dans notre château. Première brèche à ce vernis lisse qui enveloppe nos deux personnages, tout ira de mal en pis, entraînant Octave vers une sorte de folie… Ou presque.

Vouloir résumer l’ambiance de Notre Château est risqué, l’ingéniosité d’Emmanuel Régniez est d’avoir construit un roman aux multiples facettes servi par une écriture toute en finesse. Un roman dont l’expérience est unique et à vivre absolument.